16.04.19

PIED DE NEZ

Une petite histoire de l’art dansée, pour petits et grands.
Pied de Nez est une petite histoire de l’art moderne et contemporain par la danse. En mêlant danse, vidéo et musique, Aurélie Gandit explore le travail de huit artistes qui ont
posé des jalons dans l’art moderne et contemporain (Matisse, Klein, Picasso, Pollock…). Pour chaque tableau évoqué, la chorégraphe propose une courte pièce de danse ludique.
Ainsi, c’est par le corps que l’on découvre les tableaux et c’est par lui que s’écrit la danse.
Tout ce qui se donne à voir, témoigne d’une liberté sans cesse élargie par ces artistes qui percutent les barrières traditionnelles de la représentation picturale. L’esprit de La Danse de Matisse semble enfin s’animer.

Sentir les choses, éprouver les émotions et les couleurs, la matière picturale et les sentiments.
La tête, les pieds, les mains et le dos deviennent des motifs pour écrire une petite histoire de l’art moderne et contemporain par le corps. Ce corps, présent plus que jamais dans l’art du siècle dernier, ne se soumet plus aux règles anciennes des proportions et des postures, qui avaient fait de lui l’image de la beauté.

Spectacle co-accueilli avec la mairie de Langogne, Les Fadarelles dans le cadre de Festiv’Allier la saison !

http://cie-labreche.com/creations/creations-pour-la-scene/pied-de-nez-jeune-public/

16.02.19

PEOPLE WHAT PEOPLE ?

Une pièce faite par des gens pour d’autres gens.
Sur une envoûtante musique électro, ponctuée de revigorantes fanfares, Bruno Pradet invente un univers sans machine ni décors, sans aucun accessoire, où la seule mécanique visible est celle des corps de gens qui respirent dans un même tempo.
Sept danseurs, aux habits et aux allures ordinaires, qui font naître le langage de leurs échanges, tournent en rond éperdument et fabriquent des danses rituelles qui ne savent pas si elles doivent nous faire rire ou pleurer.

Parade, cadence, panique, transe…
People what people ? est construite comme une partition musicale, qui résonne plus qu’elle ne raisonne. Des gens, qui se rassurent, se quittent, s’arrêtent pour rire et rire encore…Une image chasse l’autre, avant d’être elle-même effacée dans un processus kaléidoscopique évoquant un monde bouleversé par les secousses de coeurs aux abois, un monde qui tourne en rond, comme ces lumières brillantes, projetées sur la scène, à l’image d’un système planétaire qui aurait perdu la raison. La danse de ces corps à la précision millimétrique, vient réveiller en nous des pulsations
fortes, dans une fulgurance que peinent parfois à trouver les mots.

Spectacle co-accueilli avec La Genette Verte Complexe culturel sud Lozère.

https://www.compagnie-vilcanota.fr/copie-de-l-homme-d-habitude

07.02.19

FLESH

A la frontière des arts plastiques et de l’opéra.
« Une voiture sort de la route et s’enfonce dans une dimension étrange et sauvage, enfoui comme hors du temps. Peu à peu se révèle la topographie du lieu où réel et irréel semblent se confondre. »
Puisant à la fois dans l’univers de l’écrivain anglais J.G. Ballard (auteur de notamment Crash et L’île de béton) et dans l’expérience personnelle d’un accident de la route, Flesh explore l’instant immédiat qui succède au choc, le court moment où le temps semble s’arrêter ou se dilater. L’instant où se dévoile comme une vue panoramique d’une scène surréaliste dans laquelle l’esprit semble se détacher du corps. Des carcasses de voitures prennent la forme d’objets mouvants, des viaducs autoroutiers deviennent d’immenses Golems, des moteurs de voitures semblent en lévitation au- dessus d’une mer de glace.

Quelque part un monde, à la lisière de la catastrophe et d’une survie indéfinie.
A travers ce flot d’images et de sensations, le spectateur partage la même expérience qu’un conducteur accidenté traversant une dimension inconnue, un véritable voyage hallucinogène. Entre opéra électronique et expérience audiovisuelle Flesh est une forme musicale et plastique, un tableau mouvement dont la signification se révèle dans l’expérience et l’émotion qu’elle génère.
Un spectacle dans lequel corps en mouvement, sculptures de lumière, textes, vidéos et musiques ne font qu’un tout.

Spectacle co-accueilli avec la Ville de Mende.

https://www.dautrescordes.com/-FLESH-.html

14.12.18
12.04.19

PETITS PROBLÈMES DES BEAUX JOURS LES GENOUX DANS LE VENT

Deux femmes, coincées entre une banquette et un poisson rouge.
Répondant à une commande à l’occasion de l’anniversaire de l’association Ballet Bross’ à Florac en décembre 2016, ainsi qu’à une envie partagée de croiser leurs chemins de chorégraphes, Séverine et Vanessa se retrouvent ici au pied de leur canapé. Un canapé qui les convie au débat, un endroit d’intimité qui les invite à se dévoiler. Oter le voile, mettre des collants, protester, manifester, s’assoir, se maquiller, plonger, nager, danser, rendre leur tablier… Autant d’articulations qui nécessitent des genoux dans le vent. Leurs danses respectives et communes, se déclinant de la break-dance au mouvement plus contemporain, du geste libre à celui plus codifié, nous embarquent dans une chorégraphie engagée et humoristique.

Quel vêtement doit-on porter sur la plage quand on est une femme ?
Les danseuses partent du constat de ce que les femmes sont aujourd’hui, en cherchant les traces d’un héritage laissé par leurs aînées : la promotion des maillots de bain de bar, la mini-jupe à tout âge, la pilule contraceptive, le soutien-gorge gonflable, les bas auto-agrippant, le droit à l’avortement … Que reste-t-il de tout ça ?! Ce spectacle nous offre un double portrait dansé et théâtralisé. Deux femmes nées dans les 70’s avec chacune sa personnalité, son héritage culturel, familial, sociétal, professionnel… Elles tracent un portrait des femmes qu’elles sont, qu’elles voudraient être ou ne pas être, de celles qui ont fait ce qu’elles sont, ou ne sont pas, soulevant avec humour la question du regard que pose la société sur les femmes aujourd’hui.

14/12 : Spectacle co-accueilli avec le Théâtre de La .Forge, EPCI Mont-Lozère.
12/04 : Spectacle co-accueilli avec Les Formicables, l’EPCI Gévaudan.

13.10.18

RENCONTRE AVEC… I-FANG LIN & RODIN KAUFMANN

Chorégraphie et poésie
Dans le cadre du dispositif Culture/Santé, la chorégraphe I-Fang Lin et le poète pluri-forme Rodin Kaufmann vont vivre une immersion artistique du lundi 8 au vendredi 12 octobre avec les patients et le personnel du centre hospitalier François-Tosquelles.
I-Fang Lin, est une artiste chorégraphique taiwanaise en activité sur les scènes françaises et internationales. Elle est également praticienne de la méthode Feldenkrais, qui consiste à apprendre à ne plus faire des gestes de manière automatique mais à les exécuter en toute conscience, afin de libérer le corps de ses carcans et à prendre conscience par le mouvement.
Rodin Kaufmann, est un artiste marseillais polyglotte au parcours atypique. Franco-allemand de naissance, il grandit au Maroc, en Égypte et au Liban où il apprend l’arabe et découvre la musique occitane au travers des albums de Massilia Sound System et Fabulous Trobadors. C’est à la fois un chanteur de hip-hop, un musicien et un poète qui a la particularité de chanter uniquement en occitan.
La rencontre de ces deux artistes très différents promet des ateliers singuliers où la pluridisciplinarité de leurs pratiques pourra permettre à chacun de trouver sa place pour s’exprimer.
Grâce à leurs univers nourris de cultures diverses et variées, on suppose que leurs propositions vont permettre un certain dépaysement et une approche inédite des sens permettant d’ouvrir de nouvelles perceptions sur le monde. Une sortie de résidence exceptionnelle qui nous réserve bien des surprises !

Réservation au  04 66 65 75 75