Le 10/10/2019 à 19:00- Sainte-Énimie

Venez plonger dans l’acoustique d’un lieu culturel avec une musique spirituelle et poétique, une forme d’échange entre langue parlée (l’arabe) et langue inaccessible et symbolique (la harpe et la partition) pour donner un résultat qui transcende les barrières linguistiques ou socio-culturelles.

« Ainsi l’être humain est une auberge. Chaque matin, un nouvel arrivant. Il y a une voix qui n’utilise pas les mots. Écoute ! » Rumi

Walid Ben Selim a voulu aller plus loin dans sa recherche poétique et musicale, en explorant la poésie soufie, universaliste et unifiante.  Accompagné par Marie Marguerite Cano ce projet s’inscrit dans un espace de spiritualité musicale, une forme d’échange entre langue parlée (l’arabe) et langue inaccessible et symbolique (la harpe et la partition) pour donner un résultat qui transcende les barrières linguistiques ou socio-culturelles.
Le courant soufi des débuts s’inscrit entièrement dans cette démarche, la transcendance, la relation entre le visible et l’inaccessible, l’ouverture sur l’autre et la recherche en soi, sans donner de réponse. Elle a une relation particulière avec la musique, elle évoque les sphères célestes, représente la vibration créatrice initiale par des mots qui résonnent musicalement en transe « la joie triomphale qui anime le cosmos » ainsi que l’amour du partage et de la transmission, pour faire de ce projet une première étape vers une aventure plus grande, qui rassemblera plusieurs personnes autour de la poésie et de la note musicale.
La musique et la poésie sacrée comme un pont entre les siècles et les continents, une missive de paix.

Spectacle co-accueilli dans le cadre des Récoltes du SiLO avec La Maison dans le Ciel et Détours du Monde.