14.05.19
15.05.19
19.05.19
17.05.19

MILLE ANS

L’enfance, ça se joue à plusieurs, et pas tout seul.
Pour cette pièce, Marc Antoine Cyr s’inspire de la vie de l’enfant le plus solitaire du monde et écrit une histoire : Le garçon sur son île. Elle nous raconte la vie de Milan,
dernier enfant de la maison, du village, de l’archipel. Milan ne sait pas jouer. Il ne connaît ni les glaces à la vanille ni les cookies au chocolat. Il boit de la bière et fume des clopes
comme tous les gars du coin. Il a des conversations d’adulte avec des adultes, assis sur son tabouret de bar comme sur un trône de bois. Sur son île, Milan est respecté comme
un roi. L’enfance sur une île, ça dure au moins mille fois mille ans. Un texte sur lequel se basera Laurance Henry pour nous proposer ce spectacle.

Si l’enfance était un pays qui nous accueillait, que nous pourrions quitter, et dans lequel nous pourrions revenir ?
Mille ans est la deuxième pièce du triptyque Les Traversées, duquel on a pu voir le premier volet la saison dernière, En Un éclat. Les Traversées, c’est des créations tissées autour
de quelques questions : Quel enfant sommes-nous ? Quel enfant étions-nous ? Où sont nos rêves, nos peurs, nos désirs d’enfants ? Quel est le moment de la bascule, de l’irréversible ?…

La compagnie ak Entrepôt arpente les territoires de l’enfance depuis plusieurs années, à la recherche de l’axe, du noyau qui nous constitue, en essayant de traduire le cri de l’enfant caché en chacun de nous.

14/05 : Spectacle co-accueilli avec la mairie de Langogne et Les Fadarelles dans le cadre de Festiv’ Allier la saison !,  Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
15/05 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné-Théâtre de St-Chély-d’Apcher, Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
17/05 : Spectacle co-accueilli avec la Bibliothèque du Collet-de-Dèze, l’EPCI Des Cévennes au Mont -Lozère,Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
19/05 : Spectacle co-accueilli avec la Bibliothèque de Marvejols, l’EPCI Gévaudan, Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.

http://www.akentrepot.fr/spectacles-en-creation/les-traversees/mille-ans/

10.05.19

BRAQUAGE SONORE

Changer les conditions d’écoute rend parfois plus attentif…
Jérôme Hoffmann et Mathias Beyler invitent Annabelle Playe pour un concert spécial où la matière sonore se capture, se découpe et se peaufine en direct. Ils placent le public
au coeur d’un dispositif immersif qui donne à voir la transformation des sons en direct pour créer une musique enveloppante. Une proposition à la fois visuelle, qui suscite la
curiosité, et musicale qui invite à la contemplation. Les artistes composent et spatialisent en direct, à vue du public, des sons qu’ils font circuler, plantant ainsi le décor du « road
music » qui va se dérouler.
Une proposition intrigante au format épuré qui bouscule les perceptions des auditeurs. Ici la désorientation est autant sonore que spatiale.

Donner à voir les sons et voyager avec.
Ces constructeurs révèlent sur la table et aux oreilles des auditeurs, par leurs manipulations, les propriétés sonores invisibles de matières et d’objets, (brindilles, papier bulles,
eau, bouteille en verre…) ou d’éléments récoltés in situ. Le son est provoqué quelque part mais se produit ailleurs. Certaines sonorités fluctuent alors que d’autres mélodies sont
constantes et envahissent le lieu. Ici, l’auditeur est immobile et les sons mobiles tournent autour de lui, se faufilent et investissent l’espace.
Le visible est alors ce qui maintient le sujet dans la pièce. Par la vue nous serions aussi capables d’entendre des sons… Penser le visible à partir de l’audible ou penser l’audible à
partir du visible…C’est en tous cas la projection de l’auditeur qui fait résonner les lieux d’une manière certaine.

Spectacle co-accueilli avec l’association Epi de mains et l’EPCI des Cévennes au Mont-Lozère.

https://jeromehoffmann.com/braquage-sonore/le-live-en-5-1/

18.04.19

4 LANDS

Paysages tressés, ou la musique des terres intérieures.
Passionnées par les échanges artistiques, les membres du Trio Zéphyr n’ont jamais quitté l’idée d’une création plus approfondie associant la percussion à leur musique. Elles rencontrent
en 2015, par le biais d’une collaboration artistique, le batteur percussionniste Germain Lebot avec qui les affinités musicales se sont révélées évidentes. Originaire de la
Réunion, Germain Lebot est compositeur et multi-instrumentiste (batterie, percussions, kora et chant) et fait partie de cette jeune génération de musiciens, acteurs de la musique
réunionnaise actuelle qui portent le terreau fertile de la langue créole et du maloya. Après dix ans d’éloignement de son île et de nombreux allers-retours, l’envie de partager
sa “créolité” est alors apparue comme une nécessité.

Dans l’univers des musiques du monde, du jazz, de la musique de l’Est et des pays d’Orient.
Le mariage du trio à cordes issu de la culture classique occidentale et des percussions traditionnelles crée un contraste culturel riche de complémentarité. Au coeur des cordes, les
voix s’immiscent, jouant des syllabes, des harmonies, des timbres et des polyrythmies, dans un langage tantôt imaginaire, tantôt créole. Tour à tour, les mots et les respirations
portent la musique et l’accompagnent dans un élan permanent de liberté.

Spectacle co-accueilli avec le Ciné-Théâtre de St-Chély-d’Apcher.

https://www.facebook.com/TrioZephyr/

20.03.19
19.03.19
23.03.19
22.03.19

PLOC

Une fable philosophique et poétique pour les tout-petits.
Ploc est l’histoire d’un petit personnage qui, bien démuni face à la montée des eaux, par  à la dérive sur les flots. Il fera au fil de son voyage d’étonnantes rencontres.
Le metteur en scène et marionnettiste Pascal Vergnault, habitué des créations pour les plus jeunes spectateurs, a passé une commande d’écriture peu commune à l’auteur Jean
Cagnard : écrire une histoire sans paroles, ou tout du moins avec comme seul langage celui de l’eau. Un univers fait de bruits, de sons, d’onomatopées, de musique et de vibrations…
avec l’envie de partager avec les enfants cette métaphore des changements climatiques à l’oeuvre, sans bien entendu oublier l’humour comme moteur de la tragédie ».

Que va devenir l’eau ? Va-t-elle faire bouillir notre sang ?
Une création qui raconte l’histoire de l’eau aujourd’hui, celle que nous buvons et qui nous lave, une eau qui s’affole un peu sous l’action du réchauffement de la planète. Face à la
puissance de l’eau, il y a un héros : un personnage simple, avec un mode de vie simple, qui habite une petite maison sur une colline. Mais l’eau monte, et c’est là que tout commence.
Bientôt obligé de déménager, de suivre le courant en quelque sorte – et d’une certaine façon de repousser les limites du réel – il voyagera sur sa propre maison retournée
devenue embarcation. Il croisera des robinets devenus dérisoires et furieux, un vol d’arrosoirs en route pour ailleurs, un navire parapluie digne et fantomatique, des phares
errants, une mer de bouteilles remplies de messages…

19/03 : Spectacle co-accueilli avec l’EPCI des Cévennes au Mont-Lozère, l’association Vivre à Vialas, Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
20/03 : Spectacle co-accueilli avec Les Fadarelles,  la mairie de Langogne dans le cadre de Festiv’Allier la saison !, Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
22/03 : Spectacle co-accueilli avec l’EPCI Gévaudan, Ligue de l’enseignement Fédération de Lozère.
23/03 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné-théâtre de St-Chély-d’Apcher.

https://www.theatrepour2mains.fr/theatre-pour-2-mains_spectacle_2-en-tournee__18_Ploc.htm

19.02.19

DELTA CHARLIE DELTA

Un policier voit, n’alerte pas. Deux enfants meurent. Un Survit.
Cette pièce est l’adaptation du texte de Michel Simonot, Delta Charlie Delta : Un soir d’octobre. Trois enfants courent parce que la police court derrière eux. Ils se réfugient dans un transformateur. Deux enfants meurent. Un survit. 32 minutes de course poursuite insensée, où « tout le monde court parce que tout le monde court » ; 39 minutes et 43 secondes que les trois jeunes auront passées dans le transformateur de Clichy-sous-Bois ; cinq jours de procès dix ans après les faits.
Dans un tempo ciselé, Delta Charlie Delta joue, noue et dénoue ce temps ; il y convoque la parole, les mots, les voix, les silences. C’est une histoire de voix, de corps, absents aux autres, convoqués par les mots.

L’entendu et le « non-vu », le lointain et le très proche, l’intime et la distance.
Le texte se frotte donc à une actualité politiquement brûlante. Sous une forme qui n’appartient qu’à lui, et qu’à la démarche de l’écriture, il tente d’atteindre une réalité contournée par les médias. Il ne cherche pas à la restituer, ni même la « raconter ». Il tourne autour, l’explore, la sonde, en cherche les ressorts secrets, les ramifications les plus intimes ou les plus lointaines ; il en découvre, au fil des pages, par le travail de la langue, entre précision des faits et dimension poétique, l’extrême amplitude tragique.

Spectacle co-accueilli avec l’EPCI Gévaudan.

http://compagniedusamovar.fr/les-spectacles/delta-charlie-delta/

07.02.19

FLESH

A la frontière des arts plastiques et de l’opéra.
« Une voiture sort de la route et s’enfonce dans une dimension étrange et sauvage, enfoui comme hors du temps. Peu à peu se révèle la topographie du lieu où réel et irréel semblent se confondre. »
Puisant à la fois dans l’univers de l’écrivain anglais J.G. Ballard (auteur de notamment Crash et L’île de béton) et dans l’expérience personnelle d’un accident de la route, Flesh explore l’instant immédiat qui succède au choc, le court moment où le temps semble s’arrêter ou se dilater. L’instant où se dévoile comme une vue panoramique d’une scène surréaliste dans laquelle l’esprit semble se détacher du corps. Des carcasses de voitures prennent la forme d’objets mouvants, des viaducs autoroutiers deviennent d’immenses Golems, des moteurs de voitures semblent en lévitation au- dessus d’une mer de glace.

Quelque part un monde, à la lisière de la catastrophe et d’une survie indéfinie.
A travers ce flot d’images et de sensations, le spectateur partage la même expérience qu’un conducteur accidenté traversant une dimension inconnue, un véritable voyage hallucinogène. Entre opéra électronique et expérience audiovisuelle Flesh est une forme musicale et plastique, un tableau mouvement dont la signification se révèle dans l’expérience et l’émotion qu’elle génère.
Un spectacle dans lequel corps en mouvement, sculptures de lumière, textes, vidéos et musiques ne font qu’un tout.

Spectacle co-accueilli avec la Ville de Mende.

https://www.dautrescordes.com/-FLESH-.html

31.01.19
29.01.19
01.02.19

MES POINGS SUR LES I

Le jour où le poing éclate la mauvaise mâchoire.
En 2016, le Primesautier Théâtre, en partenariat avec le Théâtre Jean Vilar, créait Le Principe du Truc ! Un projet immersif et documentaire qui tente de dresser in situ, avec les associations et les habitants du coin, un portrait du quartier populaire de la Paillade à Montpellier. C’est dans ce contexte que la compagnie rencontre Soufyan Heutte, habitant du quartier et son premier roman, Mes poings sur les i. Ce dernier nous invite à suivre la trajectoire sociale de Kamel, mis au banc des accusés pour coups et blessures, qui se prend de plein fouet l’uppercut d’une société n’admettant aucun écart de ceux de sa « condition ».
Une langue forte, proche du slam, une poésie du quotidien et de son environnement que Virgile Simon et Antoine Wellens veulent faire entendre. Ils vont tirer la quintessence de ce texte et Soufyan l’auteur, habitant réel de la Paillade, devient aussi Soufyan l’acteur, interprétant Kamel, personnage de sa propre fiction.

Assis sur des bancs en béton, des bancs de « ciment relationnel ».
Dans un lieu éclairé par le reflet de ce qui l’entoure, nous sommes conviés à écouter Soufyan et sa voix éloignée des statistiques, entre quartiers populaires et société, entre quotidien et clichés, entre fiction et réalité.
Pour cette mise en scène, Antoine Wellens et Virgile Simon nous proposent un dispositif immersif où certains spectateurs sont invités à accompagner l’acteur dans le récit de son histoire.
Assis sur un banc, celui d’une place de quartier ou peut-être celui d’une cour de prison, on regarde avec Soufyan, avec Kamel : « La rue. Cette rue, sa rue, celle qui l’a vu grandir. Cette rue qui fut son horizon et sa seule ambition ».

Echange avec les artistes à l’issue des représentations.

29/01 : Spectacle co-accueilli avec RudeBoy Crew, la commune Mont-Lozère et Goulet, l’EPCI Mont-Lozère.
31/01 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné-Théâtre de St-Chély-d’Apcher.
01/02 : Spectacle co-accueilli avec le Théâtre de La Forge, l’EPCI Mont Lozère.

http://www.primesautiertheatre.org/creation/mes-poings-sur-les-i/

18.01.19
15.01.19

GROU !

Parler à des enfants, de l’Histoire des Hommes et de la puissance de nos racines.
Grou ! c’est la rencontre improbable entre un homme de Cro-Magnon et un enfant moderne.
Comme chaque année, Charles fête son anniversaire tout seul dans sa cuisine. Et comme chaque année, il fait un voeu secret en soufflant ses bougies, exactement comme le lui a appris sa Mamie. Mais voilà que cette année, un sauvage poilu brandissant une torche enflammée débarque par la porte du four… Grou ! – c’est son nom – ne semble être nul autre qu’un très très très lointain ancêtre venu pour aider Charles à faire de son voeu une réalité ! Ensemble, ils se lancent alors dans un grand voyage à travers les âges pour retrouver ce petit cadeau si précieux qui devrait permettre à Charles et Grou de changer le monde…

Peut-on aiguiser un iPhone pour en faire un silex ?
À travers cette rencontre improbable, Les Renards / Effet Mer vous invitent à un voyage épique à travers le temps, à la rencontre de nos origines et de nos ancêtres. Dans une cuisine multifonctions, les objets sont détournés et réinventés : des rouleaux à pâtisserie pour un combat au Moyen âge, un rouleau de sopalin contenant des hiéroglyphes et le premier alphabet, ou encore des quartiers de pomme piqués de cure dents à voiles pour imaginer une traversée de l’Océan et découvrir l’Amérique !
Une ode à la vie humaine et son évolution tantôt absurde, tantôt magique. Excitation de la curiosité pour une joyeuse marche vers l’Avenir.

15/01 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné-Théâtre de St-Chély-d’Apcher.
18/01 : Spectacle co-accueilli avec la Genette Verte complexe culturel Sud Lozère.

http://cierenards.wixsite.com/cierenards/copie-de-contacts-1

15.02.19
17.02.19
13.01.19
11.01.19

LE CIRQUE PIÈTRE

Tout ce qui bouge est vivant.
Après le Cirque Précaire, le Cirque Misère et le Cirque Poussière, Julien Candy poursuit sa trajectoire artistique, musicale, théâtrale et circassienne à travers ce nouveau cirque musical. Le public est invité à se déplacer dans l’espace et à participer à des moments créatifs pendant le spectacle.
Chaque représentation offre ainsi des formes singulières, inattendues et touchantes. Un voyage ludique et émouvant mais aussi incertain, unique et éphémère à travers de l’équilibre sur objets, du cerf-volant, du jonglage, de la musique d’objets…

La culture, un souffle pour renouveler notre humanité ?
Le Cirque Piètre invite le public à prendre part à un voyage à travers l’histoire en questionnant l’art et la culture à travers le temps. Se pose alors la question du beau, de l’art, du classicisme, du laid qui est beau, du goût, du bon goût, de l’apparence… Julien Candy réalise un chassé-croisé entre l’exemple d’oeuvres pertinentes et la réalisation du spectacle en cours : des oeuvres de Marcel Duchamp, de l’art brut, de Jean Tinguely, de l’Arte Povera, des destructions des bouddhas de Bâmiyân et du musée de Mossoul. Dans cette volonté d’interroger nos rapports au beau, à l’art, c’est un reflet de notre société qui est dépeint : après la question de l’imitation ou de la stylisation de la nature (Aristote, la Poétique), l’homme ne se réduit-il pas aujourd’hui qu’à s’imiter ?

11/01 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné Théâtre de St-Chély-d’Apcher.
13/01 : Spectacle co-accueilli avec Le Foyer rural Passe Montagne, l’EPCI des Cévennes au Mont Lozère.
15/02 : Spectacle co-accueilli avec l’Office de tourismede l’Aubrac aux Gorges du Tarn.
17/02 : Spectacle co-accueilli avec Les Fadarelles, la mairie de Langogne dans le cadre de Festiv’Allier la saison !

http://lafauxpopulaire.com

14.12.18
12.04.19

PETITS PROBLÈMES DES BEAUX JOURS LES GENOUX DANS LE VENT

Deux femmes, coincées entre une banquette et un poisson rouge.
Répondant à une commande à l’occasion de l’anniversaire de l’association Ballet Bross’ à Florac en décembre 2016, ainsi qu’à une envie partagée de croiser leurs chemins de chorégraphes, Séverine et Vanessa se retrouvent ici au pied de leur canapé. Un canapé qui les convie au débat, un endroit d’intimité qui les invite à se dévoiler. Oter le voile, mettre des collants, protester, manifester, s’assoir, se maquiller, plonger, nager, danser, rendre leur tablier… Autant d’articulations qui nécessitent des genoux dans le vent. Leurs danses respectives et communes, se déclinant de la break-dance au mouvement plus contemporain, du geste libre à celui plus codifié, nous embarquent dans une chorégraphie engagée et humoristique.

Quel vêtement doit-on porter sur la plage quand on est une femme ?
Les danseuses partent du constat de ce que les femmes sont aujourd’hui, en cherchant les traces d’un héritage laissé par leurs aînées : la promotion des maillots de bain de bar, la mini-jupe à tout âge, la pilule contraceptive, le soutien-gorge gonflable, les bas auto-agrippant, le droit à l’avortement … Que reste-t-il de tout ça ?! Ce spectacle nous offre un double portrait dansé et théâtralisé. Deux femmes nées dans les 70’s avec chacune sa personnalité, son héritage culturel, familial, sociétal, professionnel… Elles tracent un portrait des femmes qu’elles sont, qu’elles voudraient être ou ne pas être, de celles qui ont fait ce qu’elles sont, ou ne sont pas, soulevant avec humour la question du regard que pose la société sur les femmes aujourd’hui.

14/12 : Spectacle co-accueilli avec le Théâtre de La .Forge, EPCI Mont-Lozère.
12/04 : Spectacle co-accueilli avec Les Formicables, l’EPCI Gévaudan.

30.11.18

REVEILLON #1 & #2 / LES ANNÉES 50 & 60

Une invitation à réveillonner avant l’heure !
Que diriez-vous de traverser le temps avec nous pour plonger dans les souvenirs des années 1960-70 ? L’assassinat de Kennedy, le premier pas sur la lune, Brigitte Bardot, les yéyés, le macramé, Sous les pavés la plage, le manège enchanté, le col roulé, France Gall à l’Eurovision, le pop art, le nouveau franc…
Après une première traversée festive à Saint-Chély-d’Apcher le 30 novembre, rendez-vous cette fois-ci le vendredi 15 décembre au Sillon Lauzé à Marvejols. Durant plusieurs mois, la compagnie  Le Cri Dévot vous propose cinq «réveillons», cinq rendez-vous originaux pour célébrer notre mémoire collective, à travers les modes de vie, la culture populaire, les transformations sociales et  autres marqueurs d’époques. Notre envie : vous faire vivre ou re-vivre le temps qui s’est écoulé de 1950 à nos jours à travers plusieurs veillées conviviales et poétiques. C’est une manière de vous présenter au compte-gouttes notre recherche théâtrale basée sur le roman Les Années, d’Annie Ernaux. Sachez-le, les prochains réveillons seront à organiser avec vous… et peut-être même chez vous !
Notez ces dates : le samedi 26 janvier du côté de Saint-Chély-d’Apcher, et le samedi 16 mars du coté de Marvejols.
Appelez-nous si vous souhaitez l’organiser chez vous !
Ne manquez pas de vous tenir informés en suivant nos aventures : lecridevot@gmail.com / LE CRI DEVOT / Camille 06.86.59.21.45.
A très vite ! Camille, Léna, Bastien, Emma, Jéremy, Allister et Alex, de la Compagnie Le Cri Dévot
Repas partagé : chacun apporte de quoi boire et/ou manger.

30/11 : Spectacle co-accueilli avec le Ciné-Théâtre de St-Chély-d’Apcher
15/12 : Spectacle co-accueilli avec Les Formicables et l’EPCI Gévaudan

https://www.lecridevot.org/

10.11.18
13.11.18

UN PAS AU MILIEU DES DRAGONS #2

La planche peut-elle redevenir « arbre » grâce à la magie de la nature ?
Cinq salariées d’un atelier de construction de chalets préfabriqués arrivent un matin sur leur lieu de travail. Les machines ont disparu, tout comme le patron. Seule reste l’ossature bois d’un chalet inachevé. Les cinq femmes errent, au milieu de la menuiserie vide. Que faire ? Baisser la tête et chercher un autre boulot ? Se battre ? Elles choisissent une troisième voix : rester dans ces murs et occuper le lieu en ignorant le monde qui les a fait disparaitre.
Tandis que le monde extérieur frappe aux portes (familles, CRS…), elles se racontent des histoires, et font de cette première nuit une fête. Au fil de la nuit, le chalet en construction s’ébranle et s’invite à cette veillée, faisant surgir la forêt dont il provient.
Le théâtre se métamorphose sous nos yeux, pour laisser place à la nature sauvage et à un monde plus obscur, plus sensible, un monde où la magie liée à la nature vient libérer les corps et offrir une autre issue.

La pensée rationnelle occidentale interpellée avec émotion et fantaisie.
Un pas au milieu des dragons constitue l’aboutissement d’une recherche s’appuyant sur la question de l’écologie pour interroger avec humour et poésie notre pensée rationnelle occidentale, une raison dominante mâle et blanche, qui a créé un monde de la « mise à distance », fondée sur les notions de progrès, de savoirs compétents et de rationalité comptable.

Il s’agit du deuxième volet d’un diptyque théâtral où la première partie, Un pas au milieu des dragons #1, se déroule sous forme d’une performance en milieu naturel. Pour cette deuxième partie, nous sommes cette fois projetés dans une menuiserie où la nature, maîtrisée par l’homme, semble condamnée à disparaître.

10/11 : Spectacle co-accueilli avec La Genette Verte Complexe culturel sud Lozère.
12/11 : Spectacle co-accueilli avec la Ville de Mende.

https://lhivernu.com/index.php/creations/un-pas-au-milieu-des-dragons/

06.10.18
07.10.18

UN PAS AU MILIEU DES DRAGONS #1

Une divagation joyeuse et idiote pour se réapproprier le monde qui nous entoure.
Sous forme d’une performance en milieu naturel, Un pas au milieu des dragons #1 propose une errance réelle et imaginaire au coeur de la raison et de la sensation.
Elles sont trois, tracent des cercles au sol, captent l’air, convoquent notre pensée et nos sens. Elles disent venir de loin, être sans cesse en voyage. Que cherchent-elles à faire ?
Se libérer des réflexes rationnels, redécouvrir leur puissance à ressentir, à penser et à agir ? Certains les diraient sorcières. Pourtant elles nous ressemblent. Oserons-nous les suivre ?

Les dragons ça n’existe pas.
C’est le titre d’un des grands classiques de la littérature pour enfants, écrit par Jack Kent. Les dragons, les adultes le disent souvent, cela n’existe pas. Dans cet album pourtant, un petit dragon, va devenir de plus en plus énorme plus il est ignoré et négligé. Une histoire qui parle des non-dits et des problèmes dont personne n’ose parler, et qui, comme ici sous la forme d’un charmant dragon rouge, peuvent grossir et emporter tout un foyer.
Un pas au milieu des dragons #1 s’interroge sur ce qu’il est encore possible de penser, de ressentir et de rêver en dehors « des alternatives infernales » proposées par la pensée libérale dominante. Face à l’impuissance et aux « À quoi bon », retrouver le sens du possible qui, comme le dit la philosophe belge contemporaine Isabelle Stengers, « provient justement de mots, de chants, de manières de rire, de satiriser et d’inventer de nouveaux récits ».

06/10 : Spectacle co-accueilli avec le FR Langlade-Brenoux et le FR de Saint-Etienne-du-Valdonnez.
07/10 : Spectacle co-accueilli avec La Genette Verte Complexe culturel sud Lozère

https://lhivernu.com/index.php/creations/un-pas-au-milieu-des-dragons/

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Samedi 6 octobre à Langlade :  RDV devant la salle des fêtes  / 20h30 : Bal du mois  / Petite restauration prévue.
Renseignements : Foyer rural de Langlade- Brenoux 04 66 48 00 19

Dimanche 7 octobre  à Florac:  La Genette verte / 15h00 : Conte-concert, Feux errants , Clémentine Magiera et Frédéric Bousquet / Dès 7 ans
Renseignements : La Genette Verte 04 66 45 23 60